Err

04 80 80 53 10 - Accueil téléphonique du lundi au vendredi 9h-12h30 / 14h-17h30Nutrixeal Facebook Nutrixeal Twitter Nutrixeal Instagram Nutrixeal Pinterest Nutrixeal Linkedin Nutrixeal Youtube
Laboratoire NUTRIXEAL
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

Vitaxanthine (Astaxanthine) BIO* 8 mg, naturelle, vegan

Choix du conditionnement :
24,50 EUR
EN STOCK
Ajouter au Panier
Vitaxanthine (Astaxanthine) BIO* 8 mg, naturelle, vegan

Vitaxanthine® BIO 8 mg contient de l’astaxanthine végétale haute qualité extraite de la microalgue Haematococcus pluvialis BIO*.

Produit BIO Nutrixeal
Gelules licaps

Astaxanthine extraite de l’algue Haematococcus pluvialis BIO*.

Produit hautement dosé : 8 mg d'astaxanthine BIO par gélule végétale.

Extraction haut de gamme CO2 supercritique à basse température, pour la préservation des actifs. Sans solvants, sans hexane.

Produit certifié BIO par l'organisme certificateur Ecocert France (FR-BIO-01).

Principes actifs
Composition
Utilisation
FAQ
Références

L’astaxanthine : un puissant pigment de couleur rouge, qui absorbe naturellement la lumière bleue comme tous les caroténoïdes

L'astaxanthine est un pigment naturel rouge, qui appartient à la très grande famille des caroténoïdes, au même titre que d’autres composés tels que les carotènes, la lutéine, la zéaxanthine ou le lycopène. Les caroténoïdes sont des pigments jaunes, oranges ou rouges qui sont très présents dans le monde végétal, car ils contribuent d’une manière générale à la protection des végétaux contre les rayonnements UV et participent également à la photosynthèse en absorbant et en transmettant les rayons lumineux qui ont la plus forte intensité énergétique, c’est-à-dire les rayonnements de couleur bleue et violette.

Un peu de science, pour aller plus loin :

Comme tous les caroténoïdes, et notamment comme ses cousins la lutéine et la zéaxanthine, l’astaxanthine possède une structure chimique particulière, avec notamment ce que les chimistes appellent une longue chaine polyénique (une longue chaine d’atomes de carbones, reliés par de nombreuses doubles liaisons). Cette longue chaine polyénique riche en doubles liaisons confère aux caroténoïdes le pouvoir d’absorber les rayons lumineux de haute intensité énergétique et de faible longueur d’onde, ce qui correspond grosso modo à ce qu’il est convenu d’appeler la lumière bleue !

En absorbant les ondes lumineuses bleues et violettes, l’astaxanthine nous renvoie uniquement de la lumière rouge, ce qui explique son puissant potentiel de pigmentation en rouge (attention aux taches, si jamais vous ouvrez une gélule de Vitaxanthine...!)

La longue chaine polyénique de l’astaxanthine lui permet par ailleurs d’être soluble dans les graisses et de pouvoir facilement se positionner au sein et au travers de toutes les membranes physiologiques des êtres vivants.

L’astaxanthine est présente dans une grande partie de la chaine alimentaire aquatique

Au sein de la famille des caroténoïdes, l’astaxanthine occupe une place à part. Si l’astaxanthine semble en effet apparentée au bêta-carotène, elle représente en réalité l’aboutissement de toute une série de réactions biochimiques, que bien peu d’organismes vivants semblent en mesure de réaliser. Sa présence au sein de nombreuses espèces aquatiques (krill, crevettes et autres crustacés, daurades, saumons, et jusque dans les plumes des flamants roses), est liée à son entrée dans la chaine alimentaire, à partir des zoo et phytoplanctons. Les crevettes ou les saumons à la belle couleur rosée (due à l’astaxanthine) ne synthétisent donc pas cette dernière, mais l’assimilent à partir de leur alimentation et la fixent en assez grande quantité dans leurs cellules musculaires et leurs membranes physiologiques.

A l’origine de toute cette chaine alimentaire se trouvent donc des microalgues, qui ont directement la capacité de synthétiser l’astaxanthine en grande quantité. Parmi toutes ces microalgues, la championne est probablement Haematococcus pluvialis, une microalgue capable de synthétiser énormément d’astaxanthine. Et c’est justement de l’algue Haematococcus pluvialis qu’est issue la matière première utilisée par Nutrixeal pour la fabrication de Vitaxanthine Bio 8 mg.

Comment une microalgue verte comme Haematococcus pluvialis peut-elle produire de l’astaxanthine rouge ?

Haematoccus pluvialis est une microalgue verte, d’eau douce, extrêmement répandue dans de nombreux habitats sur tous les continents. Elle se développe particulièrement dans les retenues d’eau temporaires (flaques, etc.)

Comment une microalgue verte peut-elle ainsi produire un pigment rouge ? Cela semble étonnant et paradoxal !

Mais la capacité d’Haematoccus pluvialis à produire de l’astaxanthine est tout simplement liée à ses incroyables capacités de résistance et d’adaptation lorsque son habitat devient hostile : fort rayonnement UV, salinité trop importante, carence en nitrates ou phosphates… Lorsque ses conditions de vie se durcissent ainsi, Haematoccus pluvialis est alors capable de s’adapter morphologiquement, et l’un de ses mécanismes d’adaptation fait appel à la synthèse et à l’accumulation de caroténoïdes et majoritairement d’astaxanthine, afin de se protéger de l’oxydation et des rayonnements solaires.

C’est cette incroyable capacité d’adaptation et de synthèse de caroténoïdes protecteurs qui a fait d’Haematoccus pluvialis la principale source naturelle exploitée mondialement pour la production d’astaxanthine.

La culture de la microalgue Haematoccus pluvialis représente un raccourcissement vertueux de la chaine alimentaire

A ce titre, la culture en bioréacteurs d’Haematoccus pluvialis pour l’alimentation humaine et la nutraceutique, constitue une sorte de raccourcissement vertueux (ou d’accélération) de la chaine alimentaire naturelle ! En effet, grâce à un produit comme Vitaxanthine BIO 8 mg, nous sommes en mesure de consommer directement l’extrait purifié et riche en astaxanthine obtenu à partir de la microalgue, au lieu de devoir manger pour cela des poissons ou crustacés, qui auraient eux-mêmes consommé des espèces plus petites, lesquelles se seraient nourries de Krill ou de phytoplancton…

Grâce à la technologie et à Haematoccus pluvialis, nous accédons donc à l’un des antioxydants les plus précieux issus de la vie aquatique sans porter la moindre atteinte à l’écosystème et aux ressources océaniques.

La teneur maximum d’astaxanthine qui a été relevée dans la chair du saumon sauvage en atlantique est de l’ordre de 30 mg / kg. Une gélule de Vitaxanthine BIO correspond donc aux apports en astaxanthine de 250 à 300 g de chair de saumon rouge sauvage et de plus de 1 kg de saumon d’élevage… avec évidemment l’avantage écologique de ne porter aucune atteinte à l’écosystème des océans !

L’astaxanthine est un champion surdoué au sein de la famille des caroténoïdes

L’astaxanthine est souvent présentée à juste titre comme le « roi des caroténoïdes », au-dessus de ses cousines proches de la famille des xantophylles (la lutéine et la zéaxanthine), au-dessus du lycopène et très loin devant les carotènes (comme le bêta-carotène).

Pourquoi cette supériorité de l’astaxanthine ?

Le premier point de différenciation entre l’astaxanthine et ces rivaux, c’est son pouvoir antioxydant. Or pour mesurer très objectivement le pouvoir antioxydant d’un composé nutraceutique, la démarche la plus couramment pratiquée est de mesurer in vitro son pouvoir d’interception vis-à-vis des radicaux libres.

Or rappelez-vous, dans l’univers végétal, les caroténoïdes occupent des fonctions biologiques particulières vis-à-vis des rayonnements UV, à l’égard desquels ils jouent un rôle régulateur et protecteur. Fort logiquement, on mesure donc souvent l’activité antioxydante de l’astaxanthine (et des autres caroténoïdes) en déterminant leur pouvoir d’interception de l’oxygène singulet, car ce dernier est le principal radical libre libéré par l’action des rayons UV.

Ainsi, dans une étude publiée en 2007 dans la revue Carotenoids Science, il a été démontré que la capacité d’interception de l’oxygène singulet par l’astaxanthine était :

- 1,6 fois supérieure à celle de la zéaxanthine et du lycopène,

- 2,6 fois supérieure à celle de la lutéine,

- près de 6 fois supérieure à celle du bêta-carotène,

- 1102 fois supérieure à celle de la vitamine E

- et 6067 fois supérieure à celle de la vitamine C !

Ces chiffres sont impressionnants et illustrent à quel point l’astaxanthine est un antioxydant puissant. Mais bien entendu, la puissance et l’impact physiologique d’un antioxydant ne peuvent pas se mesurer uniquement par le biais de mesures in vitro ! L’effet réel d’un antioxydant au sein des organismes vivants dépend en effet de multiples facteurs : son absorption intestinale, ses voies de métabolisation, et ses capacités de diffusion et de rétention dans les différents tissus biologiques et les organes vivants.

Là encore, l’astaxanthine se différencie particulièrement des autres caroténoïdes et marque des points. En effet, sa structure chimique se rapproche beaucoup de celle des autres xanthophylles, comme la zéaxanthine et la lutéine, avec lesquelles elle partage la capacité de franchir les différentes barrières physiologiques de l’organisme, comme la barrière hématoencéphalique (sang / cerveau) et la barrière hémato rétinienne (sang / rétine), ce qui lui permet de diffuser et de se stocker très aisément dans tous les tissus de l’organisme : cœur, muscles, cerveau, épiderme, muqueuses, collagène, rétine… Mais la structure de l’astaxanthine se différencie de tous les autres caroténoïdes par le caractère plus hydrophile des fonctions chimiques situées aux 2 extrémités de la molécule. Avec ses deux têtes hydrophiles, l’astaxanthine se positionne en effet à 90° au travers des membranes des cellules et des mitochondries (les organites qui constituent les usines énergétiques de nos cellules). Avec ce positionnement transversal, l’astaxanthine est en mesure d’intercepter les radicaux libres situés à l’intérieur, comme à l’extérieur de la membrane, là où le bêta-carotène ou le lycopène en sont complètement incapables.

Cette caractéristique structurale de l’astaxanthine lui confère donc un avantage physiologique déterminant. En particulier vis-à-vis des fragiles mitochondries, soumises à un stress oxydant assez important lors de la production d’énergie sous forme d’ATP. Avec son positionnement membranaire spécifique, l’astaxanthine offre l’avantage de pouvoir intercepter les radicaux libres à l’intérieur comme à l’extérieur des mitochondries, avec des bénéfices qui n’ont pas échappé aux sportifs de l’extrême, comme les triathlètes, les ultra-traileurs ou les pratiquants du déca triathlon !

Atouts du produit Vitaxanthine Nutrixeal

Vitaxanthine® : un produit premium à base d'astaxanthine ultra pure, extraite de la microalgue Haematoccus pluvialis

L'astaxanthine utilisée ici est extraite de la microalgue Haematococcus pluvialis par extraction supercritique (haute qualité d'extraction sans solvant, garante d'une parfaite préservation des actifs). La microalgue Haematococcus pluvialis dont est extraite cette astaxanthine est issue de l'agriculture biologique. Le fournisseur sélectionné par Nutrixeal est installé dans une zone montagneuse au-dessus d’une source d’eau de très bonne qualité, utilisée pour la production des microalgues. Des sources renouvelables sont également utilisées pour l’électricité.

La matière première utilisée pour la fabrication de Vitaxanthine BIO 8 mg se démarque donc tout autant par son caractère premium que par son caractère écoresponsable, avec une empreinte environnementale véritablement très faible, compte tenu de l'utilisation de sources d'énergie renouvelables pour le processus de production et d'extraction.

Extraction supercritique de l'astaxanthine

À NOTER : l’astaxanthine issue des algues est exclusivement l’énantiomère 3S,’S. Cet énantiomère aurait l’activité antioxydante la plus élevée.

L'astaxanthine extraite de l’algue Haematococcus pluvialis a été approuvée en tant que Novel Food pour une utilisation dans les compléments alimentaires.

Pour en savoir plus, consultez notre article sur Nutrixeal Info "Qu'est ce qu'un Novel Food ?".

Ressources

Consultez nos ressources

Astaxanthine et endurance : étude comparative sur 3 formes différentes d'astaxanthine
Vacances au soleil : les nutraceutiques à prévoir dans vos valises
Apports nutritionnels

Apports nutritionnels

Chaque gélule de Vitaxanthine® BIO 8 mg contient 80 mg d'extrait supercritique de la microalgue Haematococcus pluvialis de source biologique standardisé à 10% d'astaxanthine, soit 8 mg d'astaxanthine par gélule.

Ingrédients

Ingrédients

Huile d’olive vierge BIO*, extrait supercritique de l’algue Haematococcus pluvialis BIO* standardisé à 10% d’astaxanthine.
Gélules végétales (hypromellose).

* Ingrédients issus de l’agriculture biologique. Produit certifié BIO par l'organisme certificateur Ecocert France (FR-BIO-01). Agriculture UE.

Aucun autre ingrédient. Aucun excipient.
Complément alimentaire conforme à la charte qualité Nutrixeal.
Naturellement sans gluten, sans caséine ni lactose, sans levure, sans maïs, sans soja, sans colorant ni conservateur.
Complément alimentaire garanti non irradié, sans OGM, sans stéarate de magnésium, sans dioxyde de titane, sans nanoparticules, conformément au règlement Bio.
Sources d'approvisionnement garantissant l'identification botanique et la traçabilité des matières premières.
Flacon en HDPE (PEHD), garanti sans PETE, sans phtalates ni bisphénol A.

Conseils d'utilisation

Conseils d'utilisation

Prendre 1 gélule par jour.

Vous avez une question concernant l'utilisation de ce produit ?
N'hésitez pas à consulter notre section Questions pratiques !

Conseils d'utilisation

Précautions d'emploi

Complément alimentaire destiné aux adultes et adolescents de plus de 14 ans, à utiliser dans le cadre d’une alimentation diversifiée et équilibrée. Ne pas dépasser la dose journalière recommandée et tenir hors de portée des enfants.

Articles récemment consultés