Comment choisir un complément alimentaire

  Comment choisir un complément alimentaire ?

Les critères qualité importants dans le choix d’un supplément nutritionnel :

  • Standardisation et concentration en principe actif
  • Forme de présentation du principe actif : biodisponibilité, bioactivité, biotolérance, etc.
  • Protection des actifs : qualité des emballages, etc.
  • Absence d’excipients, allergènes, irradiations, contaminants, etc.
  • Traçabilité des matières premières et respect de l’environnement

    Le marché des compléments alimentaires étant très vaste, il est parfois difficile de s’y retrouver et de comprendre les différences entre des produits en apparence équivalents. Le but de cette page est de vous fournir les clés pour un choix éclairé.

    Standardisation et concentration en principe actif :
    Un des premiers critères qualité à examiner sur un complément alimentaire est son dosage en principe actif.

    Ce dosage est garanti par la standardisation en principe actif des ingrédients utilisés, c’est-à-dire la certification que la concentration en principe actif dans le produit reste constante à travers les différents lots de production. Cela est particulièrement important dans le cadre des extraits végétaux ou animaux. En effet les teneurs en actifs dans les organismes vivants peuvent varier d’une récolte à l’autre en fonction de divers facteurs environnementaux (sécheresse/froid/etc.). Il est donc nécessaire de standardiser les extraits en purifiant sélectivement les principes actifs d’intérêt, ce qui permet d’ajuster leur concentration afin que celle-ci demeure constante.

    Cependant la standardisation en principe actif d’un supplément nutritionnel n’est pas forcément synonyme de haute concentration ! Il convient de vérifier la concentration de principe actif garantie par le produit.

    Attention !

    Cette concentration peut être indiquée pour 1 ou plusieurs unités de produit (gélules, comprimés, etc.)… Soyez-y attentif lorsque vous comparez différents suppléments nutritionnels !

    L’absence d’indication sur la teneur en principe actif dans un complément alimentaire signifie généralement que les ingrédients utilisés ne sont pas standardisés et que leur concentration réelle en actifs est probablement faible. Ces produits sont la plupart du temps bon marché, mais peu efficaces…

    Forme de présentation du principe actif - biodisponibilité, bioactivité, biotolérance :
    Un même actif peut se présenter sous différentes formes chimiques. Un minéral comme le fer par exemple, peut se trouver sous forme d’oxyde, de sel (ex : gluconate de fer E579) ou sous forme chélatée (ex : bisglycinate de fer), les oxydes de fer entraînant beaucoup plus de problèmes de tolérance intestinale que les formes chélatées. De même les omega 3 peuvent se présenter sous forme d’éthyl-esters (très fragiles à l’égard de l’oxydation), de triglycérides ou de phospholipides (forme la mieux assimilée par l’organisme).

    La biodisponibilité d’un actif correspond à sa capacité à être absorbé et/ou utilisé par l’organisme. La forme chimique d’un actif conditionne directement sa biodisponibilité et son activité, c’est-à-dire son efficacité et son innocuité.
    Pour être efficaces, certains actifs doivent pénétrer dans les cellules de l’organisme, tandis que d’autres doivent rester en solution dans les espaces intercellulaires comme le tractus gastro-intestinal. Le lieu et la vitesse de libération du principe actif dans le tractus gastro-intestinal peuvent également avoir leur importance dans l’efficacité du produit. Pour garantir une efficacité optimale, divers outils technologiques existent. La forme chimique de l’actif peut être travaillée pour améliorer la solubilité de la molécule dans l’eau ou au contraire dans les graisses, selon le mode d’action visé. La solubilité et l’assimilation des actifs par l’organisme peuvent également être augmentées par la micro-encapsulation des molécules ou encore par leur combinaison avec d’autres composés protecteurs agissant en synergie. Enfin la forme de présentation du produit peut également être optimisée pour garantir des conditions de libération idéales en termes de lieu et de vitesse (ex : gélules gastro-résistantes, etc.).

    Lorsque l’on compare plusieurs compléments alimentaires, il convient donc d’être particulièrement attentif à la forme de présentation des principes actifs.

    Protection des actifs - qualité des emballages, etc. :
    Pour qu’un supplément nutritionnel soit efficace, il convient que celui-ci soit suffisamment concentré en principe actif. Cependant, encore faut-il que la qualité de ce principe actif n’ait pas été altérée lors du processus de production, ni lors de son stockage. Certaines molécules sont par exemple particulièrement fragiles à l’égard de l’oxydation. Elles doivent donc être manipulées et stockées à l’abri de l’oxygène et de la lumière. La protection des actifs nécessite donc l’usage de contenants adaptés (flacons opaques, étanches à l’oxygène, etc.). L’ajout d’antioxydants ou d’autres composés protecteurs peut également améliorer la qualité des produits.

    Absence d’excipients, allergènes, irradiations, contaminants, etc. :
    De nombreux fabricants de compléments alimentaires ont recourt à l’usage de colorants (ex : dioxyde de titane E171) et d’excipients (ex : stéarate de magnésium E572, acide stéarique, phosphate dicalcique, etc.), afin d’opacifier les gélules/comprimés et de faciliter les processus de production (fluidité des poudres pour la mise en gélule, etc.). Cependant ces excipients/colorants peuvent avoir des effets indésirables (Jovanović, 2014). De plus, l’ajout d’excipients dans le complément alimentaire diminue d’autant la proportion d’ingrédients actifs, ce qui nuit à la qualité du produit.

    Il est également important, a fortiori pour les personnes qui y sont sensibles, de vérifier que le supplément nutritionnel ne contient pas d’allergène (gluten, caséine, etc.), ni de composé susceptible d’induire des intolérances (lactose, etc.).

    Dans le cas des extraits végétaux, de nombreux fabricants ont recourt à l’irradiation par des rayonnements ionisants. Cette technique peut être utilisée dans le but de stériliser les matières premières, d’empêcher leur germination, etc. Cependant ce traitement n’est pas totalement neutre, dans la mesure où il est susceptible d’altérer et notamment d’oxyder fortement les matières exposées, dont les principes actifs. Il est donc recommandé de privilégier les compléments alimentaires garantis non-irradiés.

    Enfin, il convient de vérifier l’absence dans les emballages de composés nocifs comme le bisphénol-A ou les phtalates. Cela est particulièrement important lorsque le produit se présente sous forme liquide, la forme liquide étant propice aux échanges de matière entre contenu et contenant.

    Traçabilité des matières premières et respect de l’environnement :
    Il est préférable de privilégier les marques garantissant une parfaite traçabilité et identification botanique des matières premières. Cela est important pour garantir l’efficacité et l’innocuité des produits.

    Par ailleurs, les amis de la nature auront à cœur de vérifier que la marque certifie bien que les matières premières qu’elle utilise respectent la biodiversité et ne sont pas issues d’espèces en voie de disparition.

    Liens utiles :
    La marque Nutrixeal respecte l’ensemble des critères de qualité évoqués ci-dessus. Pour plus d’informations sur les engagements Nutrixeal et termes de qualité des produits et de développement durable, voir les liens ci-dessous :
    Engagements qualité Nutrixeal
    Engagements développement durable Nutrixeal
    Recherche et Développement Nutrixeal

    Références :
    Jovanović, B. (2014). Critical review of public health regulations of titanium dioxide, a human food additive: Titanium Dioxide in Human Food. Integrated Environmental Assessment and Management 11, 10–20.

  • Partager